Bien choisir son parquet

Le parquet apporte à votre intérieur une touche naturelle et traditionnelle. Il séduit pour son aspect chaleureux, sensuel et durable mais aussi pour sa résistance. Depuis des siècles, le bois est le matériau incontournable de l’habitat. Toutefois, avant de vous décider à poser du parquet, veillez à choisir le bon type de parquet et à bien connaître la réglementation. La pose du parquet est certes une étape essentielle lors de l’aménagement de son intérieur. Cependant, tout n’est pas permis. Selon le type d’habitation dans lequel vous résidez, vous êtes soumis à une réglementation. Dans les immeubles élevés, par exemple, il est important de savoir que seuls les parquets collés sont autorisés. Attention : optez pour un parquet adapté à votre environnement.

Aussi, afin de faire le meilleur choix en matière de parquet et d’investir dans le bon matériau, nous allons faire un panorama des éléments à prendre en compte avant de se lancer dans la pose d’un parquet.

Massif ou contrecollé ?

Chaleureux, naturel, authentique, le parquet massif est intégralement issu de bois noble. Il est composé d’un parement ou couche d’usure et d’une languette pour l’assemblage.

Le parquet contrecollé se compose de trois épaisseurs : le parement, le support et le contre-balancement. Il est très facile à poser et possède une grande stabilité.

Les différentes essences

Le parquet est un revêtement de sol composé de lames de bois. Il existe de nombreuses essences de bois qui n’ont pas toutes les mêmes qualités et propriétés. Aussi, l’essence du parquet figure parmi les critères primordiaux qu’il convient de prendre en compte lorsque l’on choisit son parquet. Au-delà de l’aspect purement esthétique qui, bien évidemment, pèse dans la décision finale, il est important de faire attention à la résistance (la densité) du bois.  La résistance du bois constitue en effet l’une des premières garanties de la qualité du parquet.

Européennes ou exotiques, de nombreuses essences de bois sont utilisées pour les parquets. Les différentes essences se distinguent par leurs teintes et leurs textures.

Le choix de l’essence pour son parquet s’effectue d’une part en fonction de l’environnement de la pièce que l’on envisage de parquer et d’autre part en fonction de l’effet souhaité.

Il existe des bois dits « tendres » (à faible densité) et des bois dits « durs ». Selon la fréquentation de la pièce que vous envisagez d’aménager, vous choisirez un bois à plus ou moins faible densité.

Les bois tendres : Acajou, bouleau, merisier, tauari, sapin…

Les bois mi-durs : chêne, erable, frêne, hêtre, chataignier, teck, noyer…

Les bois durs : Acacia, oussié, jatoba, tali, wengé, olivier…

 

Les teintes des types de bois  sont encore plus variées. Il existe des bois clairs tels que le bouleau, des bois blonds comme le chêne, des bois roux à l’exemple du doussié, rouges à l’image du padouk, dorés comme le teck, sombres comme le wengé, etc… Il existe finalement presque autant de teintes qu’il existe de bois.

A noter que certains bois, notamment les essences exotiques, sont mieux adaptés pour des environnements extérieurs ou des pièces humides.

 

Style de parquet

Si je vous dis « parquet à la française », « parquet à l’anglaise », « point de Hongrie », vous pensez immédiatement à des motifs en bois. Le parquet offre de nombreuses possibilités. Qu’il s’agisse de vieillir son parquet, de le peindre ou de l’associer à d’autres matériaux (pierre, béton, etc.), il est toujours possible de modifier l’aspect de son parquet.

L’un des moyens de personnaliser son parquet consiste à créer des motifs avec le bois. Les motifs les plus connus sont le motif dit « à la française » avec des lames de longueurs et de largeurs différentes (les rangées sont parallèles entre elles) et le motif à l’anglaise, composé de lames parallèles de même largeur mais de longueur différente dont les rangées sont parallèles entre elles.

Les finitions

Les finitions sont une étape très importante dans la préparation d’un parquet dans la mesure où l’entretien et la beauté finale du bois dépendront de la finition choisie.

Il existe trois grands types de finitions : les vernis ou vitrifiés, les huilés et les cirés. Chacune de ses finitions comportent ses avantages et ses inconvénients.

  • La finition vitrifiée est économique, résistante et facile d’entretien. En revanche, elle est moins esthétique que l’huile ou la cire et peut avoir tendance à jaunir, à s’écailler ou à durcir. Il est important d’opter pour un vernis récent afin d’éviter ce type de détérioration.
  • La finition huilée offre un aspect plus authentique du bois. C’est le traitement traditionnel du bois. Il nécessite un entretien régulier tous les 6 mois (il suffit de renouveler une couche d’huile). Il préserve les caractéristiques naturelles de dureté et de souplesse du bois tout en les mettant en valeur.
  • La finition cirée est esthétique et naturelle. Moins résistante que le vernis, son entretien est lui plus délicat.

 

Les différents types de pose

Selon le support choisi, il est possible de poser son parquet de trois façons : clouée, collée, flottante.

Le parquet cloué permet le passage de câble lors de l’installation de panneaux isolants. Il se pose généralement sur lambourdes (étage, rez-de-chaussée, chape de ciment, ou sur un support continu tel que le contreplaqué). Il est incompatible avec un chauffage au sol.

Le parquet collé se pose sur chape flottante ou rapportée, sur béton surface et sur panneau contreplaqué. Il est compatible avec un chauffage au sol.

Le parquet flottant est le plus simple de pose avec son système de clip. Il se pose aussi bien sur un ancien revêtement, sur béton surfacé ou avec une charge, que sur plancher ou faux plancher de panneaux de bois reconstitués.